Election du gouverneur du Maniema : un magistrat convoqué à Kinshasa après avoir rejeté la demande d’invalidation déposée par la MP

La Libre-Elle ne décolère pas. Après son échec cuisant subi lors de l’élection du gouverneur de la province du Maniema le 28 mars dernier, la majorité présidentielle ne ménage pas ses efforts pour obtenir l’invalidation du scrutin, qu’elle considère comme un affront.

Dans une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, le secrétaire général adjoint de la MP, Joseph Kokonyangi, a violemment réagi suite à cette débâcle électorale, y voyant même la main de… Moïse Katumbi (une véritable obsession chez les partisans de Joseph Kabila) et promettant d’en appeler au Vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur, Henri Mova Sakanyi.

Vendredi 13 avril, c’est le premier président de la Cour d’appel de Kindu, Posho Kalunga, qui a été convoqué à Kinshasa par sa hiérarchie afin de se faire remonter les bretelles. Sa juridiction venait tout juste, mercredi 11 avril, de déclarer irrecevable la requête en annulation de l’élection du nouveau gouverneur de cette province, le chef coutumier Prosper Tunda Kasongo Lokale, déposée au nom de la MP par Aubin Minaku, au motif que celui-ci n’avait pas qualité pour intenter une telle action. Le lendemain, la majorité présidentielle avait annoncé son intention d’introduire un recours devant la Cour suprême de justice. Mais pour le camp présidentiel, il fallait semble-t-il recadrer le magistrat, histoire d’envoyer un avertissement à l’ensemble de la magistrature.

Cet épisode offre une nouvelle démonstration de l’intrusion intempestive du pouvoir politique dans le champ judiciaire (cf. les déclarations maladroites d’Emmanuel Ramazani Shadary sur la procédure visant Moïse Katumbi dans le dossier des faux mercenaires) et de l’instrumentalisation de la Justice à des fins judiciaires en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *